CHIRURGIE CARDIAQUE ANNECY - GCS 74
 
 

Qu'est ce qu'une valve cardiaque ?

Les valves cardiaques séparent les différentes cavités du cœur afin d’assurer la bonne circulation du sang entre les différentes cavités cardiaques.

Ces valves sont composées de deux ou trois feuillets appelés valvules qui s’ouvrent pour laisser passer le sang et se referment pour l’empêcher de revenir en arrière.

Il y a 4 grandes valves au niveau du cœur :

  • la valve aortique entre le ventricule gauche et l’aorte
  • la valve mitrale entre l’oreillette gauche et le ventricule gauche
  • la valve pulmonaire entre le ventricule droit et l’artère pulmonaire
  • la valve tricuspide entre l’oreillette droite et le ventricule droit
  • Valvulopathie aortique

    L'insuffisance aortique

    L’insuffisance aortique est une fuite au travers de la valve se produit lorsque celle dernière est fermée et provoque un retour du sang dans l’aorte vers le ventricule gauche. Cette dilatation progressive entraîne une perte de fonction.

    Cette valvulopathie aortique induit une prise en charge chirurgicale, si une surveillance régulière au stéthoscope et à l’échographie cardiaque de la valve aortique ne permet pas d’appréhender l’évolution de l'insuffisance aortique.

    Le rétrécissement aortique

    C’est la maladie valvulaire la plus courante, qui touche le plus souvent les patients très âgés, même si cette valvulopathie peut se déclarer chez des patients plus jeunes porteurs d’une malformation de la valve aortique.

    Lors du vieillissement naturel, la valve aortique se calcifie naturellement. Au fil du temps, peut se créer un obstacle à l’éjection du sang, ce qui provoque un rétrécissement aortique. Il est traité principalement de manière chirurgical, même si d’autres solutions existent.

    Valvulopathie mitrale

    Le rétrécissement mitral

    Suite à une diminution de l’orifice de la valve mitrale, provoquée par une mauvaise ouverture des valvules, un obstacle à la circulation du sang de l’oreillette gauche vers le ventricule gauche peut se former. On parle alors de rétrécissement mitral.

    Cette pathologie peut entraîner un oedème du poumon. Si la valvulopathie mitrale peut être sévère, le traitement préconisé est le plus souvent médical, par l’utilisation de diurétiques. La pression dans l’oreillette gauche diminue ainsi. Toutefois, si le rétrécissement est symptomatique, serré ou mal toléré, la chirurgie peut s’avérer nécessaire.

    L'insuffisance mitrale

    Si la valve mitrale ne se ferme plus correctement, un reflux anormal de sang entre le ventricule gauche et l’oreillette gauche se produit lors de la contraction.

    En cas d’intervention chirurgicale, on procède soit à une plastie mitrale (conservation et réparation de la valve mitrale existante) ou au remplacement valvulaire mitral (remplacement de la valve abîmée par une prothèse valvulaire).

    L'insuffisance des valves pulmonaires et tricuspides

    Ces valves sont exceptionnellement touchées, les cas de rétrécissement sont rares. L'insuffisance des valves pulmonaires et tricuspides est observable chez de nombreux patients lors d’une échographie, sans que cette pathologie soit symptomatique.

    Traitements

    Par sternotomie

    Selon les pathologies, il y a différents traitements que vous verrez avec votre chirurgien : la réparation de la valve (plastie), remplacement de la valve.
    La plastie ou le remplacement des valves est réalisé sous circulation extra-corporelle.
    Pour le remplacement, il y a la mise en place de prothèses qui peuvent être de 2 sortes :
  • mécanique : en pyrolite de carbone, elles obligent la prise d'un traitement anticoagulant mais sont inusables.
  • biologique : d'origine bovine ou porcine, ces bioprothèses ne nécessitent aucun traitement anticoagulant mais ont une durée de vie limitée (15 à 20 ans).


  •  
    Il existe également l'intervention de Ross qui consiste à remplacer votre valve aortique par votre valve pulmonaire (autogreffe) et de mettre une homogreffe (valve d'origine humaine) au niveau de la valve pulmonaire.
            
        
    Etape 1 :
    Mesure des valves aortique et pulmonaire
    Etape 2 :
    L'aorte et l'artère pulmonaire sont ouvertes et les valves aortiques et pulmonaires sont soigneusement inspectées pour déterminer si le Ross est un procédé approprié.
       
       
    Etape 3 :
    La valve aortique malade est enlevée. Puis, la valve pulmonaire (autogreffe) est enlevée et placée en position aortique.
    Etape 4 :
    L'autogreffe suturée est mise en place et les artères coronaires sont rattachées.
       
             
    Etape 5 :
    Une homogreffe pulmonaire est attachée à la région de sortie du ventricule droit.
    Etape 6 :
    L'aorte est attachée à l'autogreffe et l'artère pulmonaire est attachée à l'homogreffe - le procédé est complet.
    Source : www.clevelandclinic.org





     
    Valve mécanique
    Valve mécanique
    Valve biologique
    Valve biologique

    Par voie percutanée (TAVI et mitraclip)

    Schéma de l'implantation d'une prothèse aortique
    Schéma de l'implantation d'une prothèse aortique
  • TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation)
  • Le TAVI est une technique employée dans les cas de rétrécissement aortique. Cette technique est réservée aux sujets âgés présentant une contre-indication chirurgicale.
    L’implantation de ces valves se fait préférentiellement par voie fémorale per cutanée mais l’encombrement du matériel fait que nous avons régulièrement recours à des voies d’abords alternatives : voies transaortique ou carotidienne.
     
  • Mitraclip
  •  

    Sous vidéo thoracoscopie

    La chirurgie mitrale mini-invasive datent des années 2000.
     
    Les canulations pour mettre en route la circulation extracorporelle sont introduites par l’aine soit par ponction soit par une incision de 2 cm invisible à moyen terme.

    Trois petites incisions de 5 mm permettent d’introduire la caméra et les instruments dans le thorax. Une incision de 4 cm sous le sein permet d’introduire la prothèse. L’intervention se fait sous thoracoscopie permettant d’avoir une vision parfaite de la valve puisque la camera est dans le cœur.

    L’absence d’ouverture du médiastin permet une récupération plus rapide, entraîne une absence de douleur et génère un bénéfice esthétique considérable lié à la disparition de l’incision du sternum.




    Créé avec Créer un site
    Créer un site gratuitement